Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pas d'amalgame

  • En 2019, 75% des mineurs traduits en justice à Paris pour des “atteintes à la personne” étaient des migrants. “Ne faisons pas d’amalgame” précise le procureur.

    Publié par Guy Jovelin le 26 octobre 2020

    Après une chute de près de 80 % de la délinquance dans la capitale lors du confinement instauré pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, les chiffres repartent à la hausse. C’est notamment le cas des statistiques concernant les vols avec violence, qui touchent principalement des Franciliens et ont majoritairement lieu dans les transports en commun. Le procureur de Paris appelle à la vigilance. (…)

    Les mineurs sont de plus en plus représentés parmi les auteurs d’atteintes aux personnes. Leur proportion était de 22,2 % au troisième trimestre 2020 contre 18,7 % lors de la même période, en 2019. 2 175 suspects de moins de 18 ans ont été traduits en justice depuis le début de l’année. Trois quarts d’entre eux étaient des mineurs non-accompagnés. Rémy Heitz tient toutefois à rappeler : « Ne faisons pas d’amalgame : tous les mineurs isolés étrangers ne sont pas des délinquants. »

    larochesuryon.maville.com via fdesouche