Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

immigration

  • LE FORMATAGE DES JOURNALISTES SUR L’IMMIGRATION, UN TRAVAIL AU QUOTIDIEN

    Publié par Guy Jovelin le 15 novembre 2020

     

    Le formatage des journalistes sur l’immigration, un travail au quotidien

    ALORS QUE LES FLUX D’IMMIGRÉS EXTRA-EUROPÉENS ARRIVANT DANS NOTRE PAYS NE FONT QU’AUGMENTER, LA COUVERTURE MÉDIATIQUE DE L’IMMIGRATION BÉNÉFICIE D’UNE EXTRÊME BIENVEILLANCE. DE RÉCENTES INITIATIVES VISANT À ORIENTER LE TRAITEMENT PAR LES MÉDIAS DE CE PHÉNOMÈNE NOUS MONTRENT QUE L’ESTABLISHMENT NE RELÂCHE PAS LA PRESSION.

    UNE INFORMATION ORIENTÉE PAR LE LOBBY IMMIGRATIONNISTE

    Dans un récent article, nous soulignions les importants efforts faits par l’Union européenne pour inciter les journalistes à présenter sous un jour favorable l’immigration extra-Européenne. L’OJIM fait fréquemment la chronique du traitement totalement biaisé par les médias de grand chemin de l’immigration massive que notre pays connait, en dépit de nombreux problèmes que celui-ci rencontre (islamisme, quartiers de non-droit, etc.).

    Ainsi, alors que des dizaines de milliers d’extra-Européens se massent au guichet de l’Aide sociale à l’enfance des départements pour être pris en charge, nourri logé, blanchi et diverti aux frais du contribuable, ces derniers sont présentés comme des victimes et des enfants vulnérables.

    Dans le meilleur des cas, la couverture médiatique de ce phénomène en pleine expansion oscille entre neutralité et fatalisme. Le plus souvent, ce sont les « bons sentiments » qui servent de point commun pour le présenter. Une présentation qui n’est sans doute pas étrangère au fait que cette filière d’immigration clandestine n’est pas remise en cause, alors qu’elle représente un « pognon de dingue » pour le contribuable.

    « LA LUTTE CONTRE LA DÉSINFORMATION SUR LES SUJETS DES MIGRATIONS », FORMATAGE DES APPRENTIS JOURNALISTES

    L’establishment ne relâche pas la pression et les initiatives en la matière. Parmi celles-ci, l’association « Desinfox migrations » organise des rencontres entre « journalistes, chercheurs et organisations de la société civile autour de l’enjeu commun de lutte contre la désinformation sur le sujet des migrations ».

    QU’EST-CE QUE « DESINFOX MIGRATIONS » ?

    « Désinfox migrations » est une initiative de l’Institut Convergences Migrations, qui se présente sur site comme « organisant des activités de recherche communes (séminaire, journées scientifiques, publications…) (et) finançant des projets de recherche émergents, et des jeunes chercheurs » sur le thème de la migration. L’ICM a été cofondé par de nombreuses institutions d’enseignement supérieur et de recherche (CNRS, EHSS, etc.). Son Directeur, l’inévitable François Héran, est bien connu pour ses convictions immigrationnistes. Ainsi il publiait en octobre 2018 une tribune dans Libération selon laquelle « la ruée d’Africains vers l’Europe (est) une thèse sans valeur scientifique ». Rassurer l’opinion publique sur l’immigration massive semble être un véritable combat militant pour ce membre du Collège de France.

    « Désinfox migrations » se présente pour sa part comme « souhaitant débusquer et répondre aux infox dans le domaine sensible des questions migratoires et d’intégration des immigrés, à un moment où la manipulation des faits migratoires devient un enjeu dans les démocraties, notamment en Europe ».

    Particulièrement actif sur son compte Twitter, les messages sont souvent un modèle du genre pour minorer tant les flux migratoires que les nombreux problèmes qui y sont liés.

    UNE « SENSIBILISATION DES JOURNALISTES » SUR LA MIGRATION

    Il n’y a pas que le grand public que Désinfox migrations souhaite rallier à sa vision édulcorée de l’immigration. La lettre d’information de novembre de Desinfox migrations nous apprend que les étudiants en journalisme disposent d’un bréviaire, euh, d’un manuel sur comment « couvrir les migrations ». On apprend également que Désinfox migrations va dans les prochaines années continuer à sensibiliser les futurs journalistes aux migrations.

    Cette « sensibilisation » pourrait s’inscrire dans la continuité de celle organisée lors de l’année universitaire 2017–2018, au cours de laquelle des étudiants de l’ESJ Lille ont eu la possibilité « d’appréhender en profondeur le sujet de la migration et de s’initier au choix des angles ». On ne doute pas que l’angle retenu visera à susciter l’empathie du lecteur ou du téléspectateur, à partir de récits de vie tous plus émouvants les uns que les autres, comme cela est déjà promu par l’Union européenne.

    La lettre d’information de Desinfox migrations reprend les propos d’un certain Charles Autheman, qui animera probablement un des futurs « ateliers » :
    « La sensibilisation des élèves en journalisme est un volet important de la lutte contre la désinformation an matière de migration ».
    Charles Autheman se présente comme un « expert dans le domaine des médias ». Il est aussi connu pour les nombreuses actions qu’il mène pour présenter l’immigration légale et illégale sous un jour favorable. Ainsi, il organisait en 2012 des « ateliers consacrés à l’information et au renforcement des capacités de journalistes sur les questions migratoires ». En 2015, sur le site musulman Saphirnews, il déclarait que « la presse simplifie à outrance  » au sujet des passages clandestins en méditerranée, en parlant des « passeurs » comme « du mal absolu. (…) ». « Si on dézingue un passeur, il y en aura dix qui arriveront derrière. Ce n’est pas LA solution », affirmait-il. La messe est dite.

    Voir notre article sur le pacte de Marrakech dont nous extrayons la conclusion :

    L’article 33, alinéa C stipule qu’il faut : « Promouvoir une information indépendante, objective et de qualité…en instituant des normes déontologiques pour les journalistes et la publicité et en cessant d’allouer des fonds publics aux médias qui propagent systématiquement l’intolérance, la xénophobie, le racisme et autres formes de discrimination envers les migrants ». On ne saurait être plus clair sur son caractère contraignant. Et liberticide.

     

    Source : ojim

  • Le nouveau plaidoyer du FMI pour l’immigration de grand remplacement

    Publié par Guy Jovelin le 08 octobre 2020

    Auteur : 

    Le Fonds Monétaire International (FMI) a publié une étude sur l’effet macroéconomique des migrations internationales qui est naturellement un nouveau plaidoyer mondialiste pour intensifier l’immigration de grand remplacement vers le continent européen.

    L’étude du FMI prétend faire un exercice de projection des flux migratoires d’ici 2050 et affirme sans rire qu’une hausse massive de l’immigration vers l’Europe serait une opportunité économique. Pour la Haute Finance apatride probablement. Mais pour les Européens de souche, nous nous permettons d’en douter. L’étude du FMI l’avoue d’ailleurs en termes choisis : toute la population “native” ne tirerait pas le même avantage de ce coup de pouce économique, certaines tranches risquant de se retrouver en concurrence avec les nouveaux arrivés et de voir leur situation menacée. Comme c’est joliment dit.

    L’étude du FMI rejoint d’autres publications de l’ONU faisant elles-aussi, depuis de nombreuses années, l’apologie d’un grand remplacement de population sur le continent européen. En l’occurrence, le FMI estime que l’Europe et l’Asie centrale devraient accueillir 24 millions d’immigrés supplémentaires en provenance de l’Afrique subsaharienne d’ici 2050.

    Sans surprise, l’étude du très mondialiste FMI proclame qu’a contrario, les mesures de contrôles et restrictions de l’immigration auraient tendance à être contre-productives du point de vue économique. Pour les exploiteurs de main d’œuvre payée au rabais, sans doute.

     

    Source : medias-presse.info

  • Midi Libre pratique le mensonge par omission sur le lien entre immigration et délinquance

    Publié par Guy Jovelin le 15 septembre 2020

     le 

    Midi Libre pratique le mensonge par omission sur le lien entre immigration et délinquance

    Midi-Libre réalise la prouesse de publier un article narrant un fait divers d’insécurité sans préciser que les coupables sont des immigrés clandestins. Seuls les lecteurs un peu avisés l’auront compris :

    C’est à l’hôpital Lapeyronie que des patients, attendant d’être pris en charge, ont eu la mauvaise surprise de voir leurs biens dérobés par des mineurs isolés. Ce dimanche 13 septembre, alors que le personnel des urgences venait d’installer chaque malade dans des box pour les soigner individuellement, le service a été victime d’un vol.

    En effet, dix minutes après avoir soigné des mineurs non accompagnés qui s’étaient présentés pour des blessures à la lèvre à la suite de bagarres, les victimes des autres box se sont aperçues qu’on leur avait volé leur portable et leur sac à main.

    Et, après vérifications, le personnel a réalisé que les MNA avaient filé à l’anglaise… sans signer les papiers de sortie !

    L’expression “avaient filé à l’anglaise” donne néanmoins un indice : il s’agit sans doute de mineurs britanniques…

     

    Source : lesalonbeige

  • Autriche : près de 25% de la population est issue de l’immigration, plus d’un quart des élèves ne parlent pas couramment l’allemand, selon un rapport officiel

    Publié par Guy Jovelin le 11 septembre 2020

    11/09/2020 à 19h10

    La proportion de la population issue de l’immigration a fortement augmenté en Autriche au cours de la dernière décennie. C’est ce que montrent les premières données du rapport sur l’intégration. Aujourd’hui, près d’un quart de la population autrichienne (2 070 100 personnes) a soit immigré elle-même, soit a des parents immigrés. 

    Autriche : Près de 25% de la population est issue de l’immigration, selon un rapport gouvernemental. Ce chiffre a progressé de 35% en 10 ans. Plus d’un quart des élèves ne parlent pas couramment l’allemand

    (…) Cette évolution se reflète également dans les écoles. La proportion d’élèves dont la langue parlée n’est pas l’allemand est passée de 17,6 % en 2010 à 26,4 % en 2019.

    Oe24.at via fdesouche

  • Le Premier ministre suédois ne veut toujours pas faire de lien entre immigration et criminalité

    Publié par Guy Jovelin le 11 septembre 2020

    STOCKHOLM – Selon la police, il y aurait au moins 40 clans criminels actifs en Suède, qui sont venus ici uniquement dans le but de commettre des crimes.

    Au moins une quarantaine de réseaux criminels sont actifs en Suède, a déclaré le chef adjoint de la police nationale, Mats Löfving, dans l’interview de samedi à Ekot. Selon Löfving, ces clans sont arrivés en Suède uniquement pour se livrer à des crimes et élever leurs enfants pour qu’ils deviennent des criminels.

    “Ces enfants ne veulent pas faire partie de la société, mais ils ont déjà l’ambition dès la naissance de prendre le relais de leurs parents dans le crime organisé, et sur ce sujet, en Suède, nous sommes assez naïfs.”déclare le policier.

    Mais le Premier ministre Stefan Löfven, répondant à Löfving, ne veut toujours pas faire de lien entre immigration et criminalité. “Je ne veux pas lier le crime à l’appartenance ethnique et au lieu d’où vous provenez”, a-t-il déclaré lundi.

    Nyheter Idag via fdesouche