Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

immigration

  • Immigration, délinquance… : la République dominicaine va construire une clôture le long de sa frontière avec Haïti

    Publié par Guy Jovelin le 28 février 2021

    La République dominicaine va entamer cette année la construction d’une clôture le long de ses 376 kilomètres de frontière avec Haïti afin de freiner l’immigration illégale et le commerce illicite avec ce pays, a déclaré samedi le président dominicain, Luis Abinader.

    D’ici deux ans, nous voulons mettre fin aux graves problèmes que sont l’immigration illégale, le trafic de drogue et la circulation de véhicules volés, a déclaré Luis Abinader devant le Congrès.

    Selon les estimations du gouvernement, environ 500.000 immigrants haïtiens vivaient en République dominicaine en 2018, ainsi que des dizaines de milliers de leurs enfants. Une grande partie de la communauté haïtienne, qui représente environ 5% de la population totale, n’a pas de permis de résidence.

    msn via fdesouche

  • Hausse inhabituelle des transferts d’argent vers le Maroc en 2020 en provenance de l’immigration marocaine

    Publié par Guy Jovelin le 17 février 2021

    En 2020, les transferts des fonds des Marocains du monde ont augmenté de 5 % contrairement aux prévisions de Bank-Al-Maghrib qui tablaient sur 1,7 %. Intervenant lors d’une séance de travail sur les opportunités d’investissement, le ministre des Finances a salué la hausse de ces transferts malgré les contraintes économiques provoquées par la crise sanitaire.

    Selon l’Argentier du royaume, cette augmentation révèle “ la solidité des liens entre le Maroc et cette communauté ”. Mohamed Benchaâboum  a rappelé qu’il s’agit d’un fait inhabituel, car depuis plusieurs décennies, “ces transferts évoluent d’une manière régulière et continuent indépendamment des crises et des événements qui pourraient avoir lieu”. (…)

    Bladi.net via fdesouche

  • Immigration : enquête UE sur les dépenses de Frontex

    Publié par Guy Jovelin le 09 février 2021

    En Europe, et notamment en Italie, pays aux milliers de km de frontières maritimes, les migrants clandestins continuent de débarquer par bateaux d’ONG ou embarcations de fortune, et les ports restent ouverts aux navires des ONG avec de nombreuses personnes qui arrivent infectées par le covid.

    Un problème qui devrait en premier concerner Frontex, l’agence européenne de contrôle des frontières. La structure a d’autres problèmes : devenue de plus en plus imposante, elle a fait l’objet d’une enquête d’Olaf, l’organisme antifraude interne de l’UE. L’Agence semble être devenue une machine mangeuse d’argent avec beaucoup de dépenses folles, qui ont très peu à voir avec la lutte contre l’immigration illégale.

    De 2015 à 2019, Frontex a dépensé 2,1 millions d’euros pour cinq événements annuels, que l’agence organise comme une autocélébration. Le journal EUobserver a passé en revue les budgets et a constaté que 94 000 euros avaient été dépensés en un seul dîner au luxueux restaurant Belvedere à Varsovie. Les invités étaient 800 même si on ne sait pas combien étaient réellement présents. Le sommet a été atteint avec l’événement à Sopot, une station balnéaire renommée de la mer Baltique où aucun migrant n’arrive par bateaux. Pour l’événement, les contribuables européens ont déboursé 580 152,22 €.

    Le bureau de presse de l’Agence a déclaré qu’ « avant la comparution du covid, Frontex avait décidé de ne plus tenir l’événement » interrompu en 2020. Il est dommage que d’autres dépenses discutables aient également été mises à jour : Frontex a dépensé 1 million d’euros pour le poste « réunions ». Sans oublier les détails : 17 500 euros pour huit fauteuils finlandais en cuir noir ou 137 000 euros pour refaire le logo de l’agence. Un dîner de Noël des employés a coûté 22 000 euros et une vidéo d’entreprise diffusée par Fuori dal coro montre un cadre qui explique franchement : « Nous avons diverses activités de groupe comme la voile, l’opéra et les matchs de football ». Les employés au siège de Frontex dans le centre de Varsovie sont 1500 et coûtent chaque année 20 millions d’euros. Le budget de Frontex est passé de 6,3 millions d’euros en 2005 à 1,1 milliard d’euros cette année. Et en 2027, on s’attend à ce que l’Agence dispose d’une « armée » de 10 000 personnes.

    L’Office européen de lutte antifraude (Olaf) a ouvert une enquête, confirmée en janvier, non seulement sur les dépenses folles. En décembre, cependant, il avait perquisitionné les bureaux de Leggeri, le directeur de Frontex, et de son chef de cabinet pour un contrat douteux avec une société informatique polonaise. Ces derniers jours, certains documents sont apparus, déjà appelés « dossiers Frontex », sur des rencontres avec des lobbyistes dans le domaine de la sécurité, qui n’auraient pas respecté les règles strictes fixées par Bruxelles. De 2017 à 2019, plus de 70% des réunions (105 sur 149) ont eu lieu avec des personnes non certifiées dans le registre de transparence de l’UE. Cinq réunions régulières ont également eu lieu avec Leonardo, l’un des principaux groupes internationaux du secteur aéronautique, spatial, de télécommunications et de satellites. Frontex s’intéresse aux drones et à la technologie de surveillance des frontières ainsi qu’à la reconnaissance biométrique.

    En attendant, le dernier débarquement en Italie concerne 32 migrants arrivés avec un voilier dans la province de Reggio de Calabre. Sans parler de l’Ocean Viking, fleuron des ONG, appartenant à SOS Méditerranée, qui a trouvé un port ouvert en Sicile pour y amener 422 migrants (125 mineurs) récupérés au large des côtes libyennes à Augusta. Jusqu’à hier soir, 49 avait le covid, mais ce n’est pas grave, le confinement et strictes mesures ne sont que pour les autochtones…

    Dans le viseur de l’Union Européenne se retrouve aussi le directeur de Frontex, Fabrice Leggeri, la « bête noire » des ONG d’extrême-gauche, les talibans de l’accueil à tous prix et de nombreux eurodéputés, notamment de gauche. Alors l’enquête de Olaf, est-ce une campagne organisée pour éliminer Leggeri et réduire Frontex ? Et ainsi affaiblir la lutte officielle, déjà bien mince, contre l’immigration illégale…

    Francesca de Villasmundo

     

    Source : medias-presse.info

  • Immigration : ne pas confondre le christianisme avec la religion de l’humanité

    Publié par Guy Jovelin le 06 février 2021

    Immigration : ne pas confondre le christianisme avec la religion de l’humanité

    Interrogé en janvier sur France Culture à propos de la signification politique de la parabole du Bon Samaritain, Pierre Manent déclarait :

    « Ce n’est pas parce qu’on secourt un migrant en train de se noyer qu’on doit l’accueillir dans la Cité ensuite. (…) Le pape doit arrêter de délégitimer les nations. »

    Eugénie Bastié a interrogé Pierre Manent dans Le Figaro afin qu’il précise sa pensée sur le thème du christianisme et de l’immigration. Extrait :

    L’injonction à l’ouverture des frontières et à l’accueil inconditionné des migrants est la conséquence de ce que vous appelez « religion de l’humanité » . Celle-ci est-elle une version édulcorée du christianisme (les fameuses « vertus devenues folles » de Chesterton) ou bien en rupture radicale avec celui-ci ?

    Chrétiens ou non, ne confondons pas le christianisme avec la religion de l’humanité qui est aujourd’hui la religion politique de l’Occident, si du moins nous souhaitons faire un peu de clarté sur notre situation. Pour le dire d’un mot, la religion de l’humanité repose sur un sentiment immédiat, que partagent tous les hommes à des degrés divers, à savoir le sentiment du semblable, le sentiment de l’humanité de l’autre homme, qui contiendrait la promesse d’une unification de l’humanité par une sorte de contagion irrésistible, chacun s’identifiant à son semblable, se transportant par l’imagination à la place de son semblable.

    La charité est tout autre chose que le sentiment du semblable ou la compassion. Elle ne repose pas sur le sentiment ni l’imagination. Elle est une disposition active de la volonté, une vertu, qui vise quoi ? Inséparablement Dieu et le prochain, mais d’abord Dieu. Pourquoi ? Ici, il faut casser le morceau. Parce que nous autres hommes, nous ne sommes en réalité ni très aimants ni très aimables. Seule la médiation du Christ, telle est l’affirmation chrétienne, peut nous libérer de la prison du moi. C’est pourquoi la charité ne voit pas l’apparence émouvante du semblable mais vise la présence invisible de Dieu dont notre semblable est l’image. Pardon pour ce comprimé de théologie catholique !

    La religion de l’humanité s’est installée parmi nous à la faveur de l’affadissement du christianisme. Elle consacre notre passivité : incapables de rien vouloir qui nous soit propre, nous attendons que l’autre vienne à nous.

     

    Source : lesalonbeige

  • Les Français ne peuvent pas aller au restaurant ou au cinéma, mais les étrangers peuvent venir en France

    Publié par Guy Jovelin le 23 janvier 2021

    immigration-africaine-230x180.jpg

    Le pouvoir des juges a encore frappé : l’immigration ne connaît aucune restriction. Ni le terrorisme, ni le Covid ne sont des raisons valables pour le contrôle des frontières.

    Dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19, le gouvernement avait décidé en mars 2020 de limiter la circulation sur le territoire national des personnes en provenance de l’étranger. Depuis, à de rares exceptions près, les membres de la famille des ressortissants d’autres nationalités résidant en France ne peuvent plus entrer sur le territoire national, contrairement aux conjoints et enfants de citoyens français ou européens.

    Le Conseil d’État a suspendu jeudi 21 janvier le gel de la délivrance de visas de regroupement familial aux conjoints et enfants d’étrangers non-européens résidant en France. Cette mesure porte «une atteinte disproportionnée au droit à la vie familiale normale et à l’intérêt supérieur de l’enfant», a estimé le Conseil d’Etat.

     

    Source : lesalonbeige