Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paris

  • Crack à Paris : la Ville déterminée à ouvrir de nouvelles «salles de shoot»

    Publié par Guy Jovelin le 23 octobre 2020

    La Ville de Paris est déterminée : il faut multiplier les lieux d’accueil pour ces accros à la « drogue du pauvre », qui seraient à peu près 5000 dans l’agglomération parisienne. Dans quelques jours, une grande consultation citoyenne sera lancée dans les quartiers concernés : les habitants seront sollicités sur la question.

    Après deux réunions internes, la mairie doit rencontrer au début du mois de novembre les préfets de police et de région, Didier Lallement et Marc Guillaume, ainsi que l’ARS (agence régionale de santé). Objectif : lancer le projet, qui avait été autorisé par l’ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, de création de nouvelles salles de consommation de drogue, et de crack plus particulièrement.

    « Notre but est d’atteindre les personnes qui se trouvent sur les scènes de toxicomanie », souligne Anne Souyris, adjointe à la santé de la maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo.

    Le Parisien via fdesouche

  • “Mineurs isolés” étrangers à Paris : Les riverains n’en peuvent plus. “Ils s’attaquent à tout le monde, ils cherchent une proie, même une petite vieille”

    Publié par Guy Jovelin le 01 octobre 2020

    En Île-de-France, ils sont des centaines de mineurs isolés, pour la plupart venus du Maroc, à vivre de cambriolages et de vols à l’arraché. Le cas de l’agresseur au hachoir qui visait Charlie Hebdo relance le débat sur le statut de mineur isolé qui offre une protection légale non négligeable à des migrants qui fraudent sur leur âge dans de nombreuses situations. Certains perturbent la vie de quartier en multipliant les délits, la Goutte d’Or en est témoin.

    Des jeunes, débarqués en 2016 des faubourgs de Tanger ou Casablanca, sapés de survêtements de marque, pochettes Louis Vuitton en bandoulière et coupes iroquoises provocantes, détonent dans le paysage. Ce ne sont pas toujours les mêmes, certains partent tandis que d’autres arrivent dans la foulée, mais le problème reste prégnant. Et cette année, le nombre de jeunes migrants délinquants interpellés pour des cambriolages et vols est en forte hausse.

    “C’est tous les jours. Tous les jours, on voit des nouvelles têtes, ça vient, ça repart. Ils s’attaquent à tout le monde parce qu’ils sont drogués. Ils n’ont plus de cerveau, leur cerveau en est déconnecté. Ils font leurs aller-retour, dès qu’ils ont chopé quelque chose, ils se donnent rendez-vous et se partagent le butin. Et quand ils ne se le partagent pas, ils se mettent des coups de couteau, s’entretuent”, déplore le serveur d’un bar du quartier.

    La voix d’un autre riverain, témoin quotidien d’actions crapuleuses, corrobore cette peur :“Ils se mettent au bout du pont, ils surveillent, cherchent une proie. Quand ils ont trouvé, ils attaquent. Et même une petite vieille, ils l’agressent pour lui piquer son collier. On l’a vu de nombreuses fois ça. Puis c’est des mineurs qui dorment dehors, ou alors ouvrent les voitures pour dormir dedans.”

    Sud Radio via fdesouche

  • Paris : gilets pare-balles, menottes, tonfas… un stock de la police municipale volé ce week-end

    Publié par Guy Jovelin le 29 septembre 2020

    C’est un coup dur pour la future police municipale d’Anne Hidalgo. La ville s’est fait voler tout un stock de gilets pare-balles, de matraques, de tonfas, de menottes, de bombes lacrymogènes, de téléphones PVE (procès-verbal électronique), de tenues complètes de policiers municipaux.

    Le vol a eu lieu dans les vestiaires des agents dans le local de la Direction de la prévention, de la sécurité et de la protection (DPSP), la future police municipale de la mairie de Paris, rue de Vaugirard (XVe).

    L’entrée de cette antenne DPSP, très discrète pour des raisons de sécurité, se fait par la porte d’un immeuble moderne d’habitation des années 1980. Il n’y a pas de plaque. Les bureaux et locaux se trouvent en fond de cour.  […]

    Le Parisien via fdesouche

  • Paris : Hidalgo multiplie par deux les subventions aux associations LGBT !

    Publié par Guy Jovelin le 29 septembre 2020

    Saleté, insécurité, circulation chaotique, énormes nids-de-poule sur les routes…
    Autant de chantiers qui mériteraient plus d’attention et peut-être plus de moyens de la part de la municipalité parisienne.

    Mais celle-ci, occupée par la gauche la plus « folle », a ses priorités financières.
    Telle que le militantisme inverti et la promotion des mœurs contre-nature.

    Ainsi, on apprend que, comme promis durant sa campagne, le maire de Paris vient de doubler le montant des subventions accordées aux associations militantes LGBT.

    Afin de prolonger ce que l’édile socialiste appelle le « coup de foudre entre Paris et les LGBTQI  », des subventions de 382 650 euros vont être attribuées à vingt-cinq associations LGBT, comme le Centre LGBT de Paris, l’Inter-LGBT qui organise la « marche des fiertés », Le Refuge, ou encore SOS Homophobie… D’autres subventions avaient déjà été votées en  juillet.

    «  Nous doublons notre soutien financier, qui va passer d’environ 200 000 euros à 400 000 euros par an  »,  a ainsi déclaré au journal Le Monde, Jean-Luc Roméro, militant sodomite et désormais adjoint d’Anne Hidalgo chargé « des droits humains, de l’intégration et de la lutte contre les discriminations » (sic).

    Par ailleurs, Anne Hidalgo va confier une mission de quelques mois à  l’ancien président de « SOS Homophobie » et artisan de sa campagne dans le monde LGBT, Joël Deumier. Celui-ci devra présenter des propositions concernant le futur centre des archives LGBT, la Maison des cultures LGBT et l’avenir du Centre LGBT Paris.
    Des projets financés par l’argent public…

    Source ParisVox

  • Paris aura bientôt sa première statue de femme noire avec celle de la mulâtresse “Solitude”, symbole de la lutte contre l’esclavage en Guadeloupe

    Publié par Guy Jovelin le 25 septembre 2020

    Elle a vocation à rejoindre le millier de statues que compte actuellement la capitale, mais son installation sera hautement symbolique. L’inauguration ce samedi par Anne Hidalgo dans le 17e arrondissement  d’un jardin portant le nom de Solitude la “mulâtresse” devrait être l’occasion pour la Ville d’annoncer son projet d’installer sur place, à terme, un monument la représentant. “Ce sera la première statue de femme noire à Paris“, s’est félicité l’acteur guadeloupéen Jacques Martial, nouvel adjoint chargé des Outre-mer.

    Que faut-il savoir de cette héroïne méconnue à qui la Ville de Paris est déterminée à rendre hommage ? Au temps du colonialisme, le terme “mulâtresse” désignait  les personnes nées d’un parent blanc et d’un parent noir, à l’instar de Solitude, cette Guadeloupéenne morte en 1802, figure de la résistance des esclaves noirs. 

    LCI via fdesouche