Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

toulouse

  • Toulouse : le siège de La Dépêche du Midi visé par une tentative d’incendie criminel, l’extrême-gauche suspectée

    Publi par Guy Jovelin le 05 mars 2021

    Toulouse : le siège de La Dépêche du Midi visé par une tentative d'incendie criminel

    Dans la nuit du 3 au 4 mars 2021, un individu s’est introduit dans l’enceinte de la Dépêche du Midi à Toulouse pour tenter d’incendier des camions de livraisons. Un acte revendiqué sur un site d’ultra gauche en représaille à l’évacuation de la maison squattée avenue de Fronton à Toulouse.

    Le siège de La Dépêche du Midi, avenue Jean Baylet à Toulouse (Haute-Garonne), ciblé par une tentative d’incendie criminel. Dans la nuit du 3 au 4 mars 2021, un individu a réussi à déjouer la surveillance des agents de sécurité et s’est introduit dans l’enceinte du bâtiment.

    france3-regions.francetvinfo.fr via fdesouche

     

  • Toulouse : Adil Maache, Zeghloul Ouadah, Mohamed El-Hady et Mafhoud Nafi condamnés pour avoir violé collectivement Manon (MàJ)

    Publié par Guy Jovelin le 05 mars 2021

    4 mars 2021

    (…) Cheveux bruns, taillés courts, les yeux baissés, Adil Maache, 27 ans, a été condamné à dix ans de prison ferme pour ce viol en réunion. (…)

    « Peines équilibrées » pour la défense

    Les deux plus jeunes accusés, Zeghloul Ouadah, 24 ans, et Mohamed El-Hady, 21 ans écopent tous les deux de neuf ans de prison. « Il n’y a pas de doute sur votre culpabilité », précise le président Noël Picco, avant de prononcer la condamnation.

    (…) Le client de Me Marie-Ange Cochard, Mafhoud Nafi, 28 ans, est condamné à sept ans de prison. Une peine moins lourde que les autres notamment du fait d’une « moindre implication et d’une prise de conscience sincère et profonde de la gravité des faits », note le président. « Il est dans cette attitude depuis le départ et il accepte sa peine », confirme son avocate.

    (…) La Dépêche


    […]

    David Senat, avocat général, a requis neuf, onze et treize ans de prison contre les quatre hommes jugés depuis ce lundi 1er mars pour le viol collectif d’une jeune femme en 2018 sur le parking de la boîte de nuit “Le Carpe Diem” à Balma. Ce procès se tient devant la cour criminelle départementale de Haute-Garonne à Toulouse. 

    […]

    L’article dans son intégralité sur La Dépêche


    1 mars 2021

    Toulouse : Quatre hommes jugés après le viol collectif d’une femme, filmé et diffusé sur les réseaux sociaux

    […]

    Ses quatre violeurs présumés sont jugés à partir de ce lundi par la Cour criminelle de la Haute-Garonne. Immédiatement après les faits, ces jeunes des banlieues de la Ville rose, âgés de 19 à 25 ans, avaient fui en Espagne ou au Maroc

    […]

    « Elle a du mal à se souvenir comment elle se retrouve sur le parking. Ensuite, son refus est clair, on voit sur les images qu’elle est tirée par les cheveux, portée à bout de bras, maintenue pendant l’acte », poursuit son avocate.

    De leur côté, les accusés minimisent leur participation à l’agression, nient l’avoir violée ou affirment que les relations sexuelles étaient consenties.

    […]

    L’article dans son intégralité sur 20 Minutes

  • Toulouse : quatre “jeunes des banlieues” jugés pour le viol collectif de Manon, filmé et diffusé sur les réseaux sociaux, «tous ceux qui ont participé au viol ne sont pas dans le box»

    Publié par Guy Jovelin le 02 mars 2021

    Toulouse : Quatre hommes jugés après le viol collectif d’une femme, filmé et diffusé sur les réseaux sociaux

    […]

    Ses quatre violeurs présumés sont jugés à partir de ce lundi par la Cour criminelle de la Haute-Garonne. Immédiatement après les faits, ces jeunes des banlieues de la Ville rose, âgés de 19 à 25 ans, avaient fui en Espagne ou au Maroc

    […]

    « Elle a du mal à se souvenir comment elle se retrouve sur le parking. Ensuite, son refus est clair, on voit sur les images qu’elle est tirée par les cheveux, portée à bout de bras, maintenue pendant l’acte », poursuit son avocate.

    De leur côté, les accusés minimisent leur participation à l’agression, nient l’avoir violée ou affirment que les relations sexuelles étaient consenties.

    […]

    L’article dans son intégralité sur 20 Minutes

  • Toulouse / intersectionnalité des luttes : auto-baptisé “les footeuses de m***”, cet “atelier de foot bienveillant en non-mixité” réunit femmes voilées et transgenres

    Publié par Guy Jovelin le 16 février 2021

    Loin des clichés, derrière les hautes barres d’immeubles de la cité de Bellefontaine, au Mirail, une équipe de football incarne le vivre-ensemble. Depuis plus de deux ans, les terrains du club de football de l’ASTM (Association Sportive Toulouse Mirail) accueillent les Footeuses de M, une fois par semaine. Des femmes, voilées ou non, et des personnes transgenres se rassemblent pour taper dans le ballon. (…)

    « L’équipe reflète l’image que nous voulons donner », affirme Jamal Benyahya, le président du club. La diversité, c’est d’ailleurs « la force » de cette équipe qui ne sélectionne pas les joueuses en fonction du faible niveau sportif, de l’âge élevé, de leur identité de genre ou de leur religion. Au milieu des femmes, Charly, pour le moment le seul homme trans, s’est fait sa place. Kenza, musulmane voilée, confirme. « On est accepté pour ce que l’on est ». Pour elle, « il faut davantage d’initiatives comme celle-ci. Les gens doivent aller les uns vers les autres ».

    La Dépêche via fdesouche

  • Toulouse : Roland, 88 ans, expulsé de sa maison par des squatteurs qui ont changé toutes les serrures. Bassem et un groupe de jeunes s’organisent pour déloger les squatteurs.

    Publié par Guy Jovelin le 07 février 2021

     

     



    “Ils m’ont pris ma maison, celle où j’ai grandi et fondé ma famille”, s’indigne Roland. Ce retraité de 88 ans lutte depuis le mois de septembre pour expulser des squatteurs qui se sont installés dans son habitation, située avenue de Fronton, à Toulouse. 

    Depuis plusieurs mois, cet ancien salarié de La Dépêche du Midi navigue entre sa propriété toulousaine et un appartement loué dans un département voisin pour se rapprocher de sa femme, Odile, placée dans un Ehpad. Jusqu’à septembre, il revenait chaque semaine avenue de Fronton pour se reposer et entretenir la maison. Lorsqu’il n’était pas présent, une aide ménagère récupérait le courrier et s’assurait que tout allait bien.

    Le tribunal interdit l’expulsion jusqu’à la fin de la trêve hivernale, qui est prolongée jusqu’au 31 mai.

    […]

    La Dépêche via fdesouche