Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

coronavirus

  • Coronavirus : Cluster dans un foyer d’accueil du Pilat, 41 migrants “mineurs isolés” à l’isolement

    Publié par Guy Jovelin le 08 octobre 2020

    Une vingtaine de personnes ont été testées positives depuis dimanche dernier dans le centre pour mineurs isolés à Saint-Genest-Malifaux.

    Reconnu comme cluster par l’Agence régionale de santé (ARS), l’établissement doit gérer le confinement de ses jeunes, qui sont à l’isolement depuis une semaine.

    (…) Sont accueillis 41 jeunes isolés de moins de 18 ans, originaires de l’Afrique, qui ont été au préalable pris en charge par le service MNA (Mineurs non accompagnés) de l’Aide sociale à l’enfance.

    Le Progrès via fdesouche

  • Coronavirus, un phénomène qui n’a pas bouleversé la mortalité française

    Publié par Guy Jovelin le 20 septembre 2020

    Le professeur Raoult, Directeur de l’IHU Méditerranée Infection, revient avec une nouvelle vidéo dans laquelle il relative la mortalité du Covid-19.

    D’une part, données à l’appui, il démontre que des circonstances précises telles que des pathologies présentes, et le grand âge, doivent être prises en compte pour analyser les chiffres de la mortalité pendant la crise du coronavirus.

    D’autre part, il professe un discours anti-anxiogène, au rebours des discours alarmistes diffusés par les médias et le gouvernement de Macron.

    Il aborde d’autres aspects de la gestion de cette épidémie, préconise son traitement à la chloroquine, et un retour au bon sens.  

     


     

     

    Francesca de Villasmundo 

     

    Source : medias-presse.info

  • Vaccins contre le coronavirus: les laboratoires seront indemnisés par l’UE en cas d’effets secondaires inattendus

    Publié par Guy Jovelin le 04 septembre 2020

    « Pour faire face à la pandémie de coronavirus, un vaccin pourrait bien être disponible dès le premier trimestre 2021. Ce qui représenterait un temps de développement record pour un vaccin, étalé seulement sur douze à dix-huit mois, contre des délais habituels atteignant bien souvent une dizaine d’années. Dans ces circonstances inédites, la question de savoir qui, des États ou des laboratoires, devraient porter les risques juridiques et financiers en cas d’effets secondaires indésirables du futur vaccin. Les membres de la Fédération européenne des associations et industries pharmaceutiques (EFPIA) discutent donc avec les autorités et les gouvernements européens pour la définition d’un système complet d’indemnisation, rapportent notamment le Figaro et Capital.

    Si habituellement, la solidité du dossier clinique d’un vaccin protège la responsabilité civile d’un laboratoire en cas de poursuites judiciaires, les circonstances actuelles pourraient entraîner une simplification de cette formalité.
    Le dossier clinique pourrait ainsi être moins élaboré selon le quotidien, qui cite l’expertise du fondateur et président de l’Institut Santé, Frédéric Bizard. « Les autorités européennes mettent désormais l’accent sur le bénéfice sociétal d’une arrivée rapide d’un vaccin », confie l’expert. »

    Une branche de la Fédération, baptisée « Vaccines Europe », qui représente entre autres Sanofi, GlaxoSmithKline, AstraZeneca ou encore Janssen et Merck, exhorterait l’UE à assurer leur couverture légale et financière, selon une note dévoilée par le Financial Times. Cette note précise que « la vitesse et l’ampleur du développement et du déploiement du futur vaccin signifient qu’il est impossible de générer la même quantité de preuves sous-jacentes qui seraient normalement disponibles grâce à des essais cliniques approfondis ».

    Alors que de son côté, la Commission européenne dément « toute suggestion selon laquelle les contrats que la Commission négocie ne respecteraient pas la directive sur la responsabilité autour des produits mis sur le marché », des discussions se poursuivent sur le volet financier:

    « Le Figaro affirme que les autorités européennes indemniseront le fabricant si la responsabilité de ce dernier était mise en cause en cas de dommages futurs. La Commission européenne confirme au quotidien qu’en compensation pour les risques élevés pris pour la fabrication de vaccins, « les accords d’achat anticipé conclus avec certains laboratoires prévoient que les États membres indemnisent le fabricant pour certaines responsabilités encourues ». L’Agence européenne des médicaments affirme qu’un système de suivi du vaccin, après son lancement, sera mis en place pour surveiller que les effets secondaires soient remontés aux autorités sanitaires. » (source Capital)

    source TVLibertés

  • Coronacircus – Les policiers verbalisent les Français qui ne portent pas de masque mais boivent à la même bouteille

    Publié par Guy Jovelin le 26 août 2020

    S’il fallait encore montrer l’aberration de la tyrannie mise en place au nom de la lutte contre le coronavirus, en voici une belle illustration.

    Ces policiers masqués, chargés de verbaliser dans différentes villes, de Nice à Paris, les Français sans masque, boivent à la même bouteille…

    Mais qui croit donc à la vérité officielle ?

    Vidéo : https://twitter.com/i/status/1297865055543984133

     

  • Coronavirus : le professeur Toussaint nie toute deuxième vague sur le plateau de Cnews

    Publié par Guy Jovelin le 21 août 2020

    Invité de l’émission L’Édition du soir diffusée sur CNews le 18 août dernier, le professeur Toussaint, professeur de physiologie de l’Université Paris-Descartes, Directeur de l’IRMES, Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport à l’INSEP, ose l’inconcevable pour les pouvoirs publics et les médias du système : nier toute deuxième vague et reprise d’une épidémie de coronavirus.

    « Nous ne sommes plus du tout dans la gravité, dans l’urgence, du printemps, de celle de février, de mars et d’avril » déclare-t-il avant de continuer avec  des paroles dures envers le gouvernement et le conseil scientifique :

    « Nous sommes dans une utilisation des indicateurs, un changement, une instrumentalisation, qui fait que nous allons avoir pour les semaines à venir des changements de comportements, des orientations qui sont décidés par un conseil scientifique qui ne regarde plus la réalité du risque mais qui souhaite probablement imposer d’autres schémas de pensée. »

     

    Des mots qui laissent pantois le pauvre présentateur, ne sachant plus quoi dire ni comment riposter :

    « Là j’ai très peur, dit-il. Je suis en train de me dire, déjà un est-ce qu’on fait peur aux gens pour rien ? La deuxième chose, c’est à charge aussi pour les politiques et pour les personnes qui sont au plus haut sommet de l’état qui aujourd’hui nous disent qu’il faut porter le masque en extérieur ? En septembre le conseil scientifique dit qu’à l’automne on risque d’avoir une seconde vague ? »

    Une perche saisie par le professeur Toussaint qui n’hésite pas à condamner le comportement des scientifiques qui imposent leurs confinement, masques et autres distanciations sociales à la moitié de l’humanité :

    «  Le conseil scientifique, lorsqu’il nous annonce une énième seconde vague, un certain nombre de ses membres sont sur le site de vacances. Si je le dis, c’est qu’ils l’annoncent sur les radios ».

    Et de continuer en dénonçant ces mêmes scientifiques qui, tout en décrétant toutes ces mesures restrictives et en annonçant de terribles catastrophes sanitaires, – plus de 500000 morts pour la Grande-Bretagne ou la France- ne croient pas eux-mêmes aux recommandations qu’ils préconisent.

    Une charge puissante contre le pouvoir de ces scientifiques qui susurrent aux oreilles des gouvernements des mesures qui maintiennent la peur au sein des populations.

    Francesca de Villasmundo

     

    Source : medias-presse.info