Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

confinement

  • Mariages binationaux : Le Conseil d’Etat ordonne à l’administration d’autoriser les étrangers à venir se marier en France en dépit du confinement

    Publié par Guy Jovelin le 14 avril 2021

    Covid-19 : Le Conseil d'Etat autorise les couples binationaux à se marier une victoire pour Farah et Aissa

    C’est une décision qui devrait réjouir plusieurs centaines de couples binationaux qui attendent de pouvoir s’unir depuis de longs mois. Dans une ordonnance publiée le 9 avril, le Conseil d’Etat estime qu’un(e) étranger(e) doit pouvoir entrer en France s’il souhaite se marier avec un(e) Français(e). 

    Il relève ainsi que ne pas pouvoir entrer en France pour se marier avec un ou une Français(e) porte une atteinte disproportionnée à la liberté du mariage. 

    Conseil d’Etat

    L’espoir de se retrouver 

    Une victoire pour Farah, étudiante de 23 ans installée à Amiens qui devait se marier en juillet 2020 avec Aissa, son conjoint bloqué en Algérie depuis le début de la pandémie. Pacsés et en couple depuis 3 ans, les deux amoureux ne se sont pas vus physiquement depuis 15 mois : “Nous nous sommes quittés le 2 janvier 2020 et nous devions nous revoir deux mois plus tard en France pour nous marier, mais avec la crise sanitaire impossible de nous retrouver en France, en Algérie ou dans un pays tiers” relate Farah. 

    Le mariage comme motif impérieux 

    D’après le collectif des couples binationaux franco-étrangers, plusieurs centaines de couples seraient dans la même situation : “Notre collectif regroupe entre 400 et 500 personnes. Nous sommes privés de notre droit de nous marier sans motif valable. On réclame simplement que l’on soit traité de façon équitable” explique sa représentante Anaïs Saint-Jalmes dont le conjoint est lui aussi bloqué en Algérie. 

    Ainsi, début avril, plusieurs couples et une association ont demandé au juge des référés du Conseil d’Etat l’ajout du mariage comme motif impérieux permettant l’entrée sur le territoire français. Une requête validée par la plus haute juridiction administrative, mais qui doit maintenant être appliquée par l’administration. Un réel espoir pour ces couples dont la situation devient de plus en plus difficile.

    france3-regions.francetvinfo.fr via fdesouche

  • Le confinement : jusqu’à toujours plus tard et quoiqu’il en coûte…

    Publié par Guy Jovelin le 13 avril 2021

    belgique,confinement,dérapage,france

    La chronique de Philippe Randa

    En Belgique, des milliers de Bruxellois s’étant retrouvés au parc du Bois de la Cambre le 1er avril, la police n’a pas hésité a les charger à cheval !

    Depuis, des vidéos de leurs violences – on peut notamment y voir une jeune femme se faire renverser par une patrouille montée ; une autre, assise, se faire tirer les cheveux et frapper à coups de pied – enflamment les réseaux sociaux… à défaut des médias, plus prompts à rendre compte des violences policières, réelles ou plus souvent supposés, lorsqu’il s’agit d’autres populations d’origines extra-européennes.

    Va-t-on assister sous peu en France aux mêmes situations et aux mêmes dérapages ?

    Ce troisième confinement qu’Emmanuel Macron impose à ses compatriotes – et bien qu’il n’ose même pas en assumer le terme – pourrait-il dégénérer s’il n’était pas respecté par un nombre trop important d’entre eux ?

    Le gouvernement français admet désormais (au bout d’un an et après avoir assuré le contraire lors du premier confinement, rappelons-le) que les risques de contaminations en extérieur sont faibles (en fait, quasi-inexistants, ce qu’il semble avoir été le seul à ignorer à l’époque)…

    Oui, mais… À Lyon, il y a peu, une foule rassemblée fin mars sur les quais de Saône n’avait donné lieu qu’à des verbalisations, le préfet n’ayant pas osé ordonner l’évacuation des réfractaires à la dictature sanitaire, mais qu’en sera-t-il si de tels rassemblements se multiplient, les beaux jours arrivant et le doute dans la gravité de la pandémie s’accentuant ?

    Hypothèse alarmiste ? Pas moins alarmiste, en tout cas, diront certains, que les déclarations de ces scientifiques qui n’ont cessé de se relayer dans les médias pour faire pression sur l’Élysée afin qu’on enferme de nouveau leurs compatriotes. Jusqu’à toujours plus tard et quoiqu’il en coûte…

     

    Source : synthesenationale

  • ET HOP, MERCI MR MACRON DE NOUS CONFINER SANS CONFINEMENT !

    Publié par Guy Jovelin le 06 avril 2021

    ET HOP, MERCI MR MACRON DE NOUS CONFINER SANS CONFINEMENT !


    Alors qu’a t-il décidé, une fois de plus ? De nous confiner sans nous confiner. Olivier Véran dont il me plaît de rappeler qu’il a plus souvent milité dans le syndicalisme médical que dans un cabinet, Jean Castex qui aime à rappeler ses origines pyrénéennes, Emmanuel Macron, plus jupitérien que jamais malgré son humilité révélée, tous trois nous condamnent donc, pour la troisième fois à un enfermement peut-être plus souple mais plus que jamais mortel économiquement pour des centaines de milliers d’emplois et de commerces et pour les générations futures qui auront à payer des dettes monstrueuses.

    Une fois de plus les rideaux de nos commerçants, de nos cafetiers, de nos restaurateurs se sont abaissés ou sont restés désespérément fermés. Le 6 avril, la France retrouve donc la physionomie du mois de mars 2020. Les boutiquiers qui venaient de recevoir les commandes pour cet été laisseront fermés les cartons de marchandises. À Matignon ou à l’Élysée, on s’en félicite, à croire que jamais ceux qui nous dirigent ont la moindre idée des effets désastreux que cela provoquent dans les bilans et dans les esprits de ces commerces multiples et variés, de ceux qui sont considérés comme non essentiels. Car comme l’a souligné Gabrielle Cluzel lors d’une intervention sur Cnews, acheter une nouvelle paire de chaussures à un enfant qui change de pointure, c’est évidemment du superflu pour nos fonctionnaires qui décident de nos vies derrière leur ordinateur républicain.

    Car il faut faire très froidement la constatation que quoi qu’il fut décidé pour combattre le virus et ses variants, la situation n’a pas évolué. Réanimations et décès s’accumulent malgré des mesures liberticides. Couvre feu stupidement maintenu à 19 heures ( ah ! Merci Monsieur Macron de nous avoir offert une heure de plus : cette bonté nous est allée droit au cœur, si si!), attestation abandonnée mais maintenue tout de même si nous nous autorisons à faire 11 kilomètres, interdiction de se retrouver à plus de six dans la rue et même chez soi, danger de mort si vous consommez une bière dans la rue ou dans un jardin, shopping uniquement sur Amazon ou dans les grandes surfaces alimentaires. Nous voilà donc embrigadés.

    Sans oublier ces malheureux parents qui ne peuvent plus travailler obligés qu’ils sont à garder et à éduquer leurs enfants via internet.

    Toutes ces directives, ces décrets, ces obligations adressées à tout un peuple sans le moindre souci de gérer des situations locales fortement différentes, n’ont qu’un seul but : éviter le contact entre nous. Nous faire oublier que nous sommes des humains. Nous voir à travers un masque que l’on sait être inutile au moins à l’extérieur. Mais il faut bien, n’est ce pas, écouler les milliards de masques que nous avons achetés. Olivier Véran ne veut pas soigner alors que de nombreux savants lui ont fait comprendre qu’il existe des médicaments pour soigner aux premières heures de la maladie. Il n’autorisera l’auto-test que le 12 avril. L’auto test dont il dit que les Français ne sauront pas l’ utiliser. Ces auto-tests qui permettront aux chaînes d’info de ne plus nous marteler tous les soirs avec le chiffre des milliers de « cas ». Des cas qui ne déclencheront qu’en de rares occasions une forme plus ou moins grave de la maladie.

    Nous voilà confrontés pour un moi à l’ inefficacité d’un gouvernement hors sol. Bon courage à tous !



    Floris de Bonneville

     

    Source : ndf

  • Le confinement à Pâques, ça n’a jamais marché…

    Publié par Guy Jovelin le 06 avril 2021

    Auteur : 

     
    Vous trouverez ci-joint ma version du gag qui a beaucoup circulé 
    L’occasion valait le coup.
     
    “Si la société perd toute référence explicite au Christ, elle tombe alors dans le discours classique de l’ennemi qui veut démontrer que sans le Christ, on peut accéder aux mêmes valeurs et aux mêmes buts. La vie éternelle en moins. Une paille…”
     
    Belles Fêtes de Pâques !
    Laurent / ProjetKO
     
    site internet PROJETKO.FR:
     
     
  • Au 3e confinement, vous croyez encore au mythe des révolutions populaires « spontanées » ?

    Publié par Guy Jovelin le 03 avril 2021

    leblogalupus

    Bref, le Gouvernement serre la vis, c’est le printemps, ça tombe bien, ça a toujours été la saison des virus, donc rien ne change, sauf la manière d’y réagir. Le Président a parlé de tout, bien sûr des vaccins, sauf des traitements. Manifestement, maintenant, l’on ne soigne plus les gens : on les pique ou on les enferme. Et peu importe qu’ils soient malades ou non, ils sont humains, trop humains, donc ce sont des malades potentiels et en tant que tel, comme disait Thierry Breton, ce sont des risques.

    Et même les personnes vaccinées ne sont pas soumises à un régime spécial, alors qu’elles ne devraient, dans la logique du tout-vaccin seule issue, ni être en danger, ni présenter un danger pour les autres. L’intérêt de ces vaccinations expérimentales est de plus en plus relatif …

    Et tout se passe bien, le Gouvernement hésitait pour rien. La condition d’acceptabilité est parfaitement remplie, les gens sont toujours aussi dociles.

    Avant l’allocution d’Emmanuel Macron, mercredi à 20 heures, 55% d’entre eux se disent favorables à un confinement national face à la troisième vague du virus, selon notre sondage Harris Interactive pour LCI. Un résultat supérieur de dix points à celui d’octobre dernier, avant l’annonce du deuxième confinement par le chef de l’État. Au total, 9 Français sur 10 se disent inquiets de la propagation du virus, une proportion globalement similaire aux précédentes enquêtes menées depuis mai 2020. 

    Bref, les Français sont enfermés dans un cycle de peur, qui les empêche de réfléchir, le premier but est atteint. D’ailleurs, les données publiées après l’allocution présidentielle veulent confirmer la soumission totale de la grande majorité de la population :

     
    Soit réellement, ce sondage représente l’opinion des Français et la France est morte, soit les chiffres sont manipulés et ils servent à produire un effet d’entraînement – la grande masse des indécis, plutôt conformiste, va se comporter comme la majorité visible l’indique. Sachant que ces deux options ne sont, malheureusement, pas exclusive l’une de l’autre.
     
    Mais peut-on en vouloir aux gens, isolés dans un espace de plus en plus restreint, mis en situation de précarité, de ne pas prendre des risques d’amendes, voire d’incarcération, comme nous l’avons écrit ? Chaque personne, seule, est faible et c’est justement pour cela que les gens sont isolés. Il est vrai, que cela ne devrait pas l’empêcher d’agir à son niveau, de résister à sa manière, de garder toute sa rationalité.
     
    Ce ne sont pas les majorités qui font les révolutions, qui se soulèvent. Les majorités sont conformistes, dociles, soumises, se sont adaptées, s’adaptent à tout, avant de ne disparaître. Ce sont les minorités qui font changer les choses. Mais pas ces minorités progressistes, parties intégrantes du système, qui nous sont présentées aujourd’hui, pas ces minorités « ethniques », « genrées », victimes médiatiques professionnelles, déguisées et manipulées. Les minorités politiques, soutenues par des forces politiques – ce sont elles, qui font changer les choses.
     
    Or, où sont-elles en France ? En Ukraine, l’on nous a vendu une révolution populaire « spontanée » pour une question de signature d’un accord avec l’UE, que pas un seul Ukrainien n’avait lu. Et des centaines de milliers de personnes ont été mises dans les rues. 
     
    Où sont les Français, alors qu’ils sont incarcérés, que le pays est mis à sac ? Où sont-ils ? Où ils sont sommés d’être – chez eux, devant leur écran ou en laisse dans un rayon élargi à 10 km avant 19 h. Ils y sont, car aucune force n’est là pour les faire sortir, car ces forces ne fonctionnent manifestement que sur commande et la commande de faire sortir les Français n’a pas été passée. L’on ne touche pas à son régime, surtout lorsque ça marche aussi bien. De temps en temps, on pourra faire sortir les Noirs pour une vie meilleure – ça c’est une minorité utile.
     
    Et maintenant, vous croyez encore au mythe des révolutions populaires spontanées ?